Conflict Alert and Prevention Centre(CENAP, Centre d’Alerte et de Prévention des Conflits)

CENAP2001.jpg
CENAP researches, analyses and mitigates conflict in Burundi, including collecting the views of citizens across the country on what is needed to bring peace.

Fondé en 2002, le Centre d’Alerte et de Prévention des Conflits (CENAP) est une ONG impartiale qui analyse et atténue les conflits au Burundi. Elle favorise le développement durable en faisant des recherches concernant le conflit, facilitant le dialogue et la résolution des conflits. Elle travaille en étroite collaboration avec d'autres organisations locales, régionales et internationales pour la consolidation de la paix. Elle a réalisé divers projets et a désigné cinq correspondants locaux au Burundi pour surveiller les conflits locaux.

Le CENAP a déjà reçu des fonds de la part d’organismes tels que Interpeace et la Coopération belge.

Récemment, le CENAP a permis la création de forums régionaux sur la mise en œuvre du projet Dialogue et Consultation dirigé par le BINUB et le gouvernement burundais et a également mené une consultation sur les perceptions et points de vue de la population sur le travail effectué par les forces de sécurité nationales (police et armée).

Identifying Challenges to Long-term Peace (Identification des défis à relever pour une paix à long terme)

Il s'agit d'un programme de consolidation de la paix d’une durée de 27 mois,  qui a commencé en octobre 2007 et est géré par le CENAP et Interpeace. Le projet recueille les points de vue d’un échantillon représentatif de la population burundaise à travers des groupes de discussion, des entrevues et des séances audiovisuelles, afin de comprendre ce que les gens ordinaires jugent nécessaire de mettre en place pour assurer une paix à long terme.

La première étape de cette initiative a été la création de l’équipe CENAP. Le CENAP a alors commencé à organiser des groupes de discussion, des entrevues et des réunions de groupe afin de recueillir les points de vue d’environ 2 700 burundais de divers horizons. Les autorités locales, des organisations de la société civile, des femmes, des jeunes, la police et l’armée, des réfugiés et des déplacés internes, des chefs religieux, des étudiants et des soldats démobilisés ont participé à des groupes de discussion. Des experts et les principaux acteurs politiques ont également été questionnés un à un.

Après cette première étape, le CENAP a organisé un forum avec 100 personnes représentatives des divers groupes socio-économiques du Burundi. Ce forum à échelle nationale a ensuite entrepris de déterminer des priorités en matière de consolidation de la paix sur lesquelles les recherches à venir devraient se concentrer. L’équipe du CENAP a facilité ce processus, élaborant des solutions consensuelles à ces importantes questions.

En 2009, l'équipe du CENAP a commencé une deuxième phase basée sur une approche participative, afin de trouver des solutions consensuelles adaptées au contexte burundais, pour répondre aux défis identifiés (circulation illégale des armes, pauvreté et chômage, attitudes pendant les élections, justice et réconciliation). Des groupes de dialogue ont été créés dans les communes et les provinces pour relier les quatre groupes de travail et la communauté populaire. Ces solutions seront présentées lors d'un forum national à la fin de l'année pour une validation finale et une priorisation.

L’équipe CENAP coordonne les travaux des quatre groupes de travail, qui recueillent diverses expertises en fonction de leur thème.

Le forum a défini quatre priorités pour la consolidation de la paix qui seront étudiées lors de futures recherches :

  • La circulation illégale des armes ;
  • La pauvreté et le chômage ;
  • Les attitudes durant les élections ;
  • La justice transitionnelle.
Jusqu'à présent, les discussions de groupe ont montré l'enthousiasme de la population pour le dialogue. Beaucoup de groupes ont estimé que les problèmes qui ont conduit à l'origine de la guerre ne sont pas résolus. Dans la commune de Bugendana (province de Gitega), les participants ont déclaré: « Si les politiciens n’arrivent pas à se décider, une autre guerre est possible ». À Kamenge (Bujumbura), un participant a lui déclaré : « Si ce genre de dialogue avait été ouvert dans les années 1970, la guerre de 1993 n’aurait jamais eu lieu ».

Chaque fois que le CENAP a organisé des débats dans des régions éloignées, les participants ont exprimé un sentiment d’exclusion face aux politiciens. Les populations rurales sont profondément préoccupées par le fait que les politiciens ne travaillent pas pour le plus grand bien, et que le système de justice ne sert pas les gens ordinaires. À Kamenge, un des participants a déclaré : « On ne commence pas à labourer en haut de la colline », afin de souligner l’importance de faire participer les citoyens au processus de paix dès le départ.


Le dernier de Burundi

More on Développement

Découvrez les organisations connexes de construction de la paix

Soumettre une organisation Is Peace Insight missing a peacebuilding organisation or initiative? Click here to tell us.